La FFT investit pour faire redémarrer le tennis

Bernard Giudicelli, le président de la Fédération française de tennis (FFT) ne souhaite pas que sa discipline sonne creux comme actuellement les allées du stade de Roland-Garros privé du tournoi, reporté à l’automne en raison de la crise sanitaire du coronavirus. Le patron du tennis français a annoncé les modalités d’utilisation du fonds de 35 millions d’euros voté en avril et destiné à relancer la pratique dans les clubs. Ce sont ces derniers qui en bénéficieront en priorité.

Une enveloppe de 21 millions d’euros est réservée aux clubs affiliés, toutes disciplines confondues, padel et beach tennis compris, ainsi que le tennis fauteuil. Une deuxième de 5 millions est destinée aux enseignants et entraîneurs indépendants. Enfin, une troisième, de 9 millions, ira vers la filière professionnelle, joueuses et joueurs, hors Top 100, là aussi toutes disciplines confondues. L’athlète devra être résident français. Cette partie englobe également les organisateurs de tournois internationaux annulés et les arbitres ou juges professionnels.

« L’écosystème direct du tennis ce sont 11 600 personnes qui travaillent dans les clubs, les ligues ou les comités, rappelle Bernard Giudicelli. Par ailleurs, 6 400 autres travaillent dans l’univers du tennis à côté, chez les équipementiers ou dans les enseignes de distribution. Ils vont bénéficier des retombées de ce plan de relance quasiment immédiatement ». La FFT se réserve la possibilité de réajuster les montants de ces enveloppes selon les demandes qui remonteront via une plateforme numérique propre. Ce plan de relance et de soutien s’ouvre le 3 juin et est valable jusqu’au 31 août 2021.

© SportBusiness.Club Mai 2020